Actualités Retour

Notre vision du marché coton - 17 avril 2015

L’activité reste très irrégulière sur le marché du coton. 

Les filatures ont du mal à s’approvisionner, notamment en Inde où les cotons de qualité sont détenus par le gouvernement.  Ce dernier continue de vendre au compte-gouttes et à des prix élevés, les cotons achetés plus tôt dans la saison, pour maintenir les prix aux agriculteurs. En attendant un changement de stratégie au niveau de la commercialisation de ces stocks, les filateurs n’ont d’autre choix que de se tourner de plus en plus à l’import.

En revanche, les bas grades sont disponibles en grande quantité sur le marché suite notamment aux mauvaises conditions climatiques l’année passée aux Etats-Unis, Inde et Afrique de l’Ouest. Cette abondance pousse l’écart de prix entre qualités inférieures et supérieures à se creuser.

Cet écart se fait d’autant plus sentir que les filateurs se tournent de plus en plus vers la production de filés de qualité supérieure, plus rentables aujourd’hui. Pour produire ces filés, les filateurs achètent des hauts grades et réduisent la cadence de production de leurs machines. Par conséquent, les bas grades, déjà en quantités importantes, attirent de moins en moins. 

De plus, aujourd’hui, les filateurs n’achètent qu’au jour le jour et disparaissent dès que les prix augmentent… Comme le montrent les annulations sur les ventes à l’export publiées cette semaine. 

Seul point positif de ce côté, les prix du pétrole se sont nettement repris suite à la décision de l’OPEP de baisser de 5% la production mondiale. Cette perspective devrait soutenir les prix des fibres synthétiques, essentiellement produites à partir de pétrole.

Entre une demande fébrile et une pression croissante des cotons de qualité inférieure, l’échéance Juillet devrait atteindre les 62 cents la livre ces prochaines semaines. Les primes pour les cotons de qualité supérieure devraient en revanche continuer de s’apprécier en l’absence de disponibilités suffisantes.