Actualités Retour

Notre vision du marché engrais - 2 décembre 2015

Azote : Contexte baissier.

Dans l’attente de l’appel d’offre indien, le marché reste silencieux.

En Chine, les disponibilités s’accumulent mais les exportateurs continuent à maintenir leur position et refusent de baisser d’avantage leurs prix. Bien qu’ils semblent encore être les plus compétitifs dans l’éventualité d’un appel d’offres en Inde, les produits du Golf Arabique deviennent compétitifs et pourraient créer la surprise.

Sans autre perspective de débouché que l’Inde d’ici la fin de l’année, la concurrence devrait rester âpre entre les vendeurs ces prochaines semaines. Les cours devraient donc continuer sur cette trajectoire baissière.

Phosphate : Baisse de la production.

Le sentiment reste toujours baissier sur le marché du phosphate.

En Chine, les prix s’effritent chaque jour d’avantage en l’absence d’acheteurs. En Inde, la situation est relativement similaire tandis que les importateurs sont suffisamment couverts et peuvent se permettre d’attendre 2016 pour revenir sur le marché.

Côté producteurs, la tendance amorcée depuis quelques semaines devrait se confirmer avec une réduction supplémentaire des cadences de production.

Cette tendance devrait mener vers un meilleur équilibre entre offre et demande qui devrait stabiliser les cours prochainement.

Potasse : Une offre abondante.

Le prix de la potasse continue de chuter aux Etats-Unis et au Brésil dû à une offre toujours bien trop abondante par rapport à la demande.

Côté consommateurs, les agriculteurs américains s’attendent à devoir stocker une grande partie de leur récolte cette saison en raison de la baisse des prix agricoles. Ainsi, nombreux sont ceux qui comptent réduire leurs apports en intrants, afin de réduire leur coût de production et d’épargner leur trésorerie. La potasse, considérée comme un engrais de fond, devrait ainsi être la principale victime de cette « rationalisation ». La situation en Asie s’annonce similaire.

En l’absence de perspective de rebond des prix agricoles, la demande devrait rester limitée et les prix devraient donc continuer à baisser.