Actualités Retour

Notre vision du marché coton - 23 mars 2016

Le marché reste en alerte des nouvelles spécifiques provenant de la Chine en ce qui concerne les objectifs de prix pour l’année 2016 et la politique de gestion des réserves de coton.

 Cela se traduit par une nervosité des opérateurs à New-york : vendredi les cours plongent, lundi ils remontent brutalement. A l’origine de ce mouvement, un effondrement inattendu des stocks placés par les agriculteurs auprès du Gouvernement Américain via le mécanisme de soutien des prix. Est-ce suffisant pour expliquer une telle volatilité ? Difficile à croire, d’autant plus à l’heure où le marché physique affiche une activité ferme et régulière disparue depuis plusieurs mois.

 Une nouvelle fois, les importantes positions vendeuses détenues par les fonds sont pointées du doigt. A leur plus haut niveau depuis plusieurs années, le moindre élément peut déclencher l’activation d’ordres automatique et engendrer des « mouvements de panique » à l’achat ou à la vente.

Derrière l’écume du marché à terme se cache cependant une réelle tendance haussière sur le marché physique. Les disponibilités, aussi bien aux origines qu’entre les mains du négoce, deviennent réduites, tandis que les filateurs ont encore d’importants besoins à ouvrir.

 Quant à la Chine, le Gouvernement a retardé la mise en vente de ses stocks et indiqué qu’ils maintiendraient les prix au niveau du marché domestique, éloignant par la même occasion les craintes de voir l’arrivée de ces stocks sur le marché international.

 Le marché devrait donc rapidement revenir tester le seuil psychologique des 60 cents la livre ces prochains jours. Ce seuil sera-t-il franchi ? Probablement non, les stocks de coton américain placés auprès du mécanisme de soutien des prix sont encore abondants et devraient freiner toute hausse à court terme.  

L’USD quant à lui se stabilise sur la zone des 1.12/13 face à l’EUR, mais la devise européenne devrait continuer à se renfoncer face au dollar sur un horizon proche en allant tester les plus de haut d’octobre 2015.