Actualités Retour

Notre vision du marché engrais - 31 mars 2016

√ Azote: Le calme avant la tempête.

Le marché retrouve des couleurs alors que les acheteurs font leur retour et devraient rester présents au mois d’avril. Les offres en provenance de la Baltique se démarquent avec de nombreuses ventes en Amériques latine et centrale.

Impossible cependant de parler de l’azote sans parler de la Chine. Cette dernière continue de refuser de baisser ses prix et « survit » uniquement grâce à la demande du marché domestique. Cependant, les stocks s’accumulent depuis de nombreux mois aux ports… et il semblerait que la Chine n’ait d’autres choix que de baisser ses prix d’ici peu, emmenant avec elle tout le marché à la baisse.

 

√ Phosphate : Reprise de couleurs.

Les larges stocks présents chez les producteurs continuent d’hanter le marché.

Chaque semaine passe sans que l’on ait vu d’améliorations du côté de l’Inde. Cependant, il semblerait que la situation soit prête à changer. En effet, cette dernière devrait revenir rapidement sur le marché avec de nouveaux appels d’offres, maintenant que le gouvernement a pris ses décisions concernant les subventions pour la nouvelle saison. Ces dernières devraient cependant être inférieures à celles de l’année passée… A l’ouest de Suez, la demande semble toujours présente ce que maintient le marché.

Avec d’avantage de visibilité, le marché devrait donc reprendre des couleurs très prochainement.


√ Potasse : Lueur d’espoir.

Optimisme modéré sur le marché de la potasse au Brésil. D’un côté les agriculteurs semblent être d’avantage au marché, d’un autre côté, la Chine reste encore et toujours silencieuse.

Aux Etats-Unis, la situation n’est guère meilleure en raison des retards dans les apports de printemps qui devraient éloigner les acheteurs en avril.

Seule lueur d’espoir, le tant-attendu retour de l’Inde sur le marché avec une baisse annoncée de sa consommation de potasse qui ne devait être, finalement, que minime.

Un retour proche de l’Inde à l’achat devrait être le stimulus que l’on attendait pour relancer le marché de la potasse.