Actualités Retour

notre vision du marché engrais - 26 aout 2016

√ Azote : réelle tendance haussière ou « déjeuner de soleil » ?

Durant les quelques semaines estivales ou nous n’avons pas publié de rapport de marché, les cours de l’urée se sont sensiblement ressaisis. Depuis les niveaux très bas de juillet, les prix de l’urée ont repris un peu de vigueur a la faveur de deux facteurs clairement définis.

D’abord des réductions de volumes offerts dues à des ruptures de production, c’est entre autres le cas d’unités en Ukraine. Ensuite une vague de couverture de position « short » de certains traders notamment aux Etats-Unis. Ceci étant dit, quelle tendance se profile pour les semaines et les mois à venir ? La date de la reprise de la production dans l’usine momentanément arrêtée en Ukraine n’est pas encore connue mais c’est a priori une question de jours et à ce moment l’impact sur le marché devrait se faire sentir effaçant un peu le sentiment de pénurie qui prévaut actuellement. Malgré tout la reprise du marché reste fragile : les acheteurs ne sont pas prêts à payer ces prix à la hausse et la demande pourrait se raréfier. Il est donc très possible que l’embellie des dernières semaines ne soit que passagère.

 

√ Phosphate : morosité ambiante.

A l’encontre de l’urée, le marché des phosphates n’en finit pas de montrer des signes de faiblesse, traitant à des niveaux de prix que l’on a pas vu depuis des années. Si les prix aux Etats-Unis se sont un peu ressaisis pour des raisons qui leurs sont propres (manque ponctuel de disponibilité sur ce marché) le reste du monde suit une tendance bien différente. La Chine attend de s’occuper de son marché domestique avec impatience, espérant ainsi compenser un peu le manque de demande globale et espérant également liquider une partie de ses importants stocks. En Inde, la très forte mousson a submergé plus de la moitié du pays, conduisant logiquement à un évanouissement de la demande.

 

√ Potasse : des volumes importants engagés à la vente.

C’est une certaine fermeté qui marque pour l’heure les prix de la potasse. Ceci s’explique par le simple fait que les producteurs ont bouclé leurs contrats de vente en Inde et en chine. Les volumes disponibles pour une période rapprochée sont donc plus limités.