Actualités Retour

Notre vision du marché engrais - vendredi 28 octobre 2016

√ Azote : plus qu’hier, moins que demain ?

Rien de vraiment très nouveau sur le marché de l’urée cette semaine.

D’une part, les marchands continuent à couvrir des ventes « short », d’autres voyant dans ce marché une dynamique suffisante pour constituer une position longue. Ces ventes sont d’ailleurs plus à chercher du côté du Golfe Persique et de l’Afrique du Nord que dans les régions de la Mer Noire ou de la Baltique. On entend aussi dire que l’Inde devrait annoncer un tender la semaine prochaine.

D’autre part la production chinoise reste très en dessous de sa capacité normale, ayant tendance à entretenir cette tendance haussière, alors que très peu de ventes sont réalisées.

Les prix sont donc à la hausse, c’est avéré ; mais ce mouvement à bien y regarder montre quand même certains signes de fragilité. De là à envisager une inflexion de la tendance sur le début 2017, il n’y a qu’un pas.

√ Phosphate : dégradation.

On se rappelle le rapport prévisionnel de mars 2015 qu’avait fait la Banque Mondiale sur l’évolution des cours du phosphate jusqu’en 2025, annonçant une chute assez vertigineuse des prix et mettant en garde les investisseurs de ce secteur. A regarder l’allure de la courbe des prix du DAP, on en vient à se demander si la BM n’avait pas vu juste. Quoiqu’il en soit les prix continuent de baisser face à une production qui ne trouve pas preneur pour le moment. Une tendance qui pourrait bien durer encore.  

√ Potasse : le « squeeze » de fin d’année.

                Pas de nouvelle fracassante cette semaine. La demande brésilienne se tarissant, les prix ont eu tendance à s’éroder légèrement. Malgré tout, les russes et biélorusses continuent de dire que les premiers volumes maintenant disponibles ne le seront qu’au début de l’année 2017.

Parallèlement, ces mêmes producteurs ainsi que les canadiens cherchent et mettent en place de nouvelles technologies pour réduire les couts d’extraction et de production, améliorant ainsi leurs marges. Ou donnant au marché plus de latitude à la baisse…