Actualités Retour

Notre vision du marché engrais - lundi 21 octobre 2016

√ Azote : toujours à la hausse.

Les prix de l’urée continuent de se raffermir suivant la tendance des semaines passées.

Signe révélateur l’Inde a reçu suite à son tender, des offres en hausse de 40 USD/T par rapport à la dernière fois. Cela a été perçu par le marché comme un réel signe d’optimisme. Autre signe notable, l’urée au départ de la Mer Noire, qui avait jusque-là été moins sensible à la réévaluation des offres, a vu une hausse assez importante récemment. Pour ce qui est de la demande, il reste encore des ventes « short » à couvrir, et à cela vient s’accumuler une demande soutenue aux Etats-Unis. L’Europe devrait elle aussi revenir au marché d’ici la fin de l’année 2016 ou le tout début de 2017.

Comme toujours en pareille circonstance, il est légitime de se poser la question de la persistance d’une tendance qui est déjà bien marquée dans le temps. Mais face à la baisse de la production chinoise, il y a fort à parier que les cours de l’urée restent dans cette configuration haussière pour un moment.

 

√ Phosphate : un marché plutôt neutre.

Encore un rapport ou la demande semble majoritairement absente hormis quelques exceptions. On remarquera entre autres que le Pakistan reste l’acheteur le plus régulier, entraînant les prix des phosphates chinois légèrement à la hausse. Il semblerait aussi que le Pakistan a reçu des offres réévaluées de DAP saoudien.  Malgré tout la demande reste faible dans l’ensemble, l’Inde à titre d’exemple est en dehors du marché, vivant sur le stock de ses précédents achats.

A l’instar de l’urée, la production chinoise de phosphate n’est qu’à environ la moitié de sa capacité totale.

√ Potasse : pas de direction très claire.

                Du côté de l’offre, les capacités de production vont grandissantes, alors que les résultats des sociétés exploitantes sont majoritairement en recul.    C’est l’Asie du sud-est qui apporte une seule lueur légèrement positive cherchant à confirmer quelques volumes à livrer avant la fin de l’année. On parle aussi de petits tenders ouverts, qui une fois les résultats connus, donneront peut-être une indication sur la tendance.