Actualités Retour

Notre vision du marché engrais - lundi 13 février 2017

√ Azote : le marché reprend son souffle

                Depuis l’été 2016 le marché de l’urée en position FOB mer Noire s’est apprécié de plus de 40% de sa valeur initiale. Alors les signes de ralentissement des achats provenant à la fois d’Europe et du Brésil ont stoppé cette ascension vertigineuse. Il semblerait que les entrepôts du vieux continent soient généreusement remplis et les chiffres records (par rapport à l’année précédente) des importations brésiliennes ont eu pour conséquence de voir la demande se tarir.

Cette demande pourrait bien réapparaitre du côté des Etats- Unis qui sont en retard sur leurs achats, mais la question est de savoir à quel moment cela se passera t-il. La Chine sort de sa période du nouvel an et devrait augmenter sa production mais on ne saura que la semaine prochaine quel sera le pourcentage atteint.

Comme nous l’avions relevé la semaine passée, l’urée perlée suit un chemin un peu différent de l’urée granulée en ce moment. Du fait d’un manque de disponibilité à partir de la mer Noir, les prix restent très fermes.

√ Phosphate : la courbe s’inverse.

Après plusieurs semaines ou les prix ont eu tendance à s’affaisser, le marché s’est clairement raffermi cette semaine avec une hausse de 5,5% de nos prix indicatifs sur la semaine couverte par ce rapport. Deux causes principales : une reprise de la demande (Brésil, Thaïlande...) et le renchérissement des prix de l’ammoniaque.

Sinon le marché indien reste très calme. Le Maroc quant à lui, conduit des négociations difficiles avec ses clients d’acide phosphorique, les uns et les autres ayant du mal à trouver un terrain d’entente sur la fixation du prix du premier trimestre.   

√ Potasse : rien de nouveau.

                Aucune nouvelle marquante n’est venue influencer le marché des phosphates cette semaine et les prix restent inchangés dans toutes les régions du monde.

Il semblerait que la Chine soit en train de négocier des contrats d’approvisionnement sur le long terme. Une fois le prix de ces contrats connu, cela pourrait très vraisemblablement donner le ton au reste du marché.