Actualités Retour

Notre vision du marché engrais - vendredi 21 juillet 2017

√ Azote : le sursaut n’a pas eu lieu.

                Nous le disions dans notre précédent rapport, certains facteurs récents pouvaient éventuellement donner une nouvelle tonicité aux prix de l’urée. Cet effet ne s’est pas produit puisque les prix offerts pour l’appel d’offre Indien ne reflètent aucune fermeté. Comparés au précédent tender ils sont environ 10$/T moins chers. Ces niveaux restent donc en ligne avec la tendance de ces dernières semaines.

Pour équilibrer ce qui vient d’être dit, il faut quand même rapporter que les prix au Brésil et aux Etats-Unis ont tendance à se raffermir. Cela s’explique principalement par une offre assez restreinte et des couvertures de ventes faites à découvert. C’est à peu près les seules nouvelles haussières que l’on puisse recueillir dans le marché.

Au contraire on peut rajouter que l’Egypte a de nouveau infléchi ses prix et malgré cela les commandes se font attendre. La Chine a repris une production aux alentours de 60% de sa pleine capacité et ajusté ses offres à la baisse. Le tender indien aura probablement apporté une stabilité momentanée dans les prix de l’urée mais n’aura pas inversé la tendance. On peut donc imaginer une reprise à la baisse.

 

√ Phosphate : une tendance qui se cherche.

                Aucun élément marquant n’est venu influencer cette semaine le marché des phosphates. Les acteurs attendent toujours de connaitre les prix du dernier tender indien, pour voir la direction vers lesquels les prix pourraient se diriger. En Chine les interruptions de production et une solide demande domestique sont favorables aux prix et ne laissent que peu de volumes libres pour l’export. En revanche les ventes au Brésil sont en dessous des volumes attendus, et cela pourrait à court terme peser sur les cours du phosphate.

 

√ Potasse : il faut transformer l’essai.

Après avoir fixé un prix supérieur de 11$/T par rapport au contrat avec la Chine, tous les yeux sont maintenant tournés vers l’Inde. Les producteurs arriveront-ils à maintenir une hausse similaire auprès de leurs clients indiens ? En attendant le résultat de ces négociations, le marché se tient en retrait.