Actualités Retour

Notre vision du marché engrais - vendredi 8 septembre 2017

√ Azote : une hausse rapide et brutale qui a surpris tout le marché.

                Prenant tout le monde de court, le marché de l’urée s’est fortement orienté à la hausse en très peu de temps. Comme presque systématiquement, la hausse a démarré chez les producteurs du Golf Arabique, soutenue par une tentative « réussie » de quelques traders de soutenir les prix à des niveaux élevés. L’annonce du tender indien à rajouter un élément psychologique de poids à un tableau déjà haussier. Pour bien se rendre compte de la dynamique actuelle, les prix offerts en Inde sont en hausse d’environ 30$ par rapport au tender précédent, et le dernier tender d’un producteur en Baltique a débouché sur des prix de ventes FOB qui ont bondis de 12$ en trois semaines.

Quelle évolution pour les semaines à venir ? De côté de la production, pas d’interruption majeure à prévoir, en revanche la demande devrait rester soutenue avec l’arrivée sur le marché de l’Europe et surtout du Brésil. Reste à savoir si les paysans sud-américains vont absorber une hausse substantielle des prix de l’urée alors que leurs prix de vente pour le maïs ont été moins rémunérateurs que prévus.

 

√ Phosphate : inversion de la tendance

                Le marché du DAP après avoir perdu plus de 50 $ (FOB Afrique du Nord) en 6 mois semble non seulement avoir mis un terme à cette baisse mais également se reprendre un peu.  Aujourd’hui les prix offerts par les différents producteurs sont emprunts de fermeté, les traders ont quelques difficultés à trouver des disponibilités sur l’Inde et les producteurs russes et biélorusses ont confortablement remplis leurs carnets de livraison. A cela vient s’ajouter l’absence des chinois sur le marché international, préférant se concentrer sur leur consommation domestique.

 

           √ Potasse : fermeté conjoncturelle

La encore les prix sont plutôt sous pression avec une demande cyclique qui devrait prochainement venir de l’Europe et de l’Asie du sud-est. En réponse les producteurs ont tendance à relever leurs prix, confortés dans leur position par la vente sur septembre bientôt octobre des quantités disponibles.