Actualités Retour

Notre vision du marché engrais - lundi 10 octobre 2017

√ Azote : même incertitude que la semaine passée.

                Des signes un peu contraires continuent à brouiller la tendance du marché cette semaine.

En Inde un nouveau tender pour 400 à 600’000 tonnes sera clos le 14 octobre et le tender Ethiopien de cet été qui n’avait pas abouti est réapparu (avec des dates de livraisons peu réalistes).  Malgré tout cela donne un signal plutôt ferme. Sentiment renforcé par la maintenance à venir de deux unités de production dans le Golf Arabique et une troisième ligne fermée pour réparation. Si l’on prend en compte des stocks assez faibles en Chine, cela donne peu d’arguments pour une baisse de l’urée granulée dans les semaines à venir. Il faut néanmoins constater que les prix au Brésil sont marqués par une légère inflexion.

L’urée perlée semble pour l’heure un peu décorrélée de la granulée avec peu de ventes faites récemment et un écart entre l’offre et la demande qui se creuse.

 

√ Phosphate : malgré le calme actuel, les prix restent tendus.

                Les acheteurs sont restés plutôt en retrait devant des prix toujours « copieux » mais la conjoncture maintient des niveaux de marché élevés. La Chine est toujours fermée pour cause de « Golden Week », les pertes de production dues à Irma se font toujours sentir et le Maroc livre principalement ses contrats avec l’Ethiopie. On peut rajouter à la liste peu de disponibilité pour des embarquements spots que cela soit au départ de la Russie ou du Maroc.

Au Brésil, siège essentiel de la demande, il y a fort à parier que les acheteurs pourront retarder leurs achats jusqu’à la fin de l’année, imposant par ce biais aux vendeurs d’abaisser leurs prétentions.

Enfin les résultats attendus du dernier tender indien pourraient donner au marché du DAP une orientation au marché.

√ Potasse : un manque de produit disponible qui pèse sur les prix.

Faible disponibilité ! Voilà qui résume bien le marché de la potasse actuellement. Les prix ne s’envolent pas pour autant mais la demande est vigoureuse, particulièrement en Inde et en Europe. Si donc la volatilité n’est pas ce qui caractérise le marché, nul doute que les prix de la potasse sont empreints de fermeté pour le moment.