Actualités Retour

Notre vision du marché engrais - lundi 12 février 2018

√ Azote : un marché qui cherche sa direction.

C’est de l’Asie du sud est que vient principalement la demande d’autant plus que plusieurs lignes de production locales sont à l’arrêt pour maintenance. En Chine, le nouvel an lunaire, met le marché momentanément en pause, mais les raisons justifiant de nouvelles importations restent valables. La consommation d’énergie est utilisée en priorité pour le chauffage c’est autant qui n’est pas utilisé pour la production d’urée. Pour le moment le Golf Arabique vend à 260/268$ FOB (280$ CFR chine) ce qui revient en dessous des 290$ du marché domestique.

L’Inde se fait toujours désirer et l’annonce d’un tender (attendue) serait un signe fort envoyé au marché. Les probabilités que cela arrive sont réelles : stocks d’urée au plus bas depuis 2015. Plus généralement, les stocks disponibles à destination dans les pays consommateurs sont à des niveaux faibles.

Le marché de l’urée est donc ferme, avec une tendance haussière marquée sur les semaines à venir, avec l’Inde qui pourrait être l’élément déclencheur de la prochaine hausse.

√ Phosphate : ferme et peu de signes baissiers à l’horizon

La fermeture de deux grosses unités de production aux Etats Unis pour maintenance et amélioration font que les importations sur le continent nord-américain sont soutenues. Ces deux usines ne devraient pas redémarrer avant de longs mois et cela maintient très clairement les prix à la hausse, même si ce manque de production est assez largement couvert par des capacités marocaines et saoudiennes qui se sont accrues. En fait, à cette situation vient se rajouter celle de la Chine qui n’exporte pas, mobilisant leur production de phosphates pour leur consommation domestique et entretenant ce sentiment haussier.

A cela il faut prendre en compte le retour de la demande au Brésil dans les semaines à venir et celle de l’Asie qui ne devrait pas se tarir avant fin mars, début avril. On peut donc s’attendre à ce que les prix sur les produits phosphatés restent très fermes pour plusieurs semaines.

√ Potasse : des stocks à destination très bas.

Avec la Chine qui souhaite fixer les prix de ses contrats d’approvisionnement, pour avoir une visibilité sur leur production de NPK et les stocks très bas ou que ce soit chez les consommateurs, les prix de la potasse continuent leur lente mais régulière hausse.