Actualités Retour

Edition spéciale : quelles perspectives pour la saison 2015/16?

Au plus bas des cinq dernières années, les cours incitent-ils les producteurs à délaisser le coton la saison prochaine?

 Cela devrait être le cas aux Etats-Unis où les analystes anticipent une baisse de 15% des emblavements pour la saison prochaine. Une moindre baisse est attendue au Brésil.

En Australie, c’est la sécheresse qui a conduit les agriculteurs à préférer des cultures moins gourmandes en eau que le coton. Résultat, les surfaces cultivées ont quasi été divisées par deux.

L’accès à l’eau est tout aussi problématique en Chine, tout comme la disponibilité de la main d’œuvre dans certaines régions.  Le gouvernement a ainsi adapté son régime de subventions agricoles en fonction des zones géographiques. Malgré les efforts pour soutenir les coton-culteurs du Xinjiang, à l’extrême Ouest du pays, les surfaces devraient péniblement y rester stables, tandis qu’elles devraient baisser dans les autres provinces.

Enfin en Inde et en Afrique de l’Ouest, les emblavements devraient rester stables, tandis que les prix payés aux agriculteurs ont été maintenus malgré la baisse des cours internationaux.

Selon les premières estimations, offre et demande devraient donc enfin s’équilibrer pour la récolte 2015/16, après six années de surplus. Dans ce contexte, le weather market  sera plus que jamais à suivre dès le printemps bien que le potentiel de hausse soit limité par les stocks accumulés ces dernières saisons.

L’échéance décembre à New York devrait donc rester ferme ces prochains mois et osciller entre 64 et 68 cents la livre.